Volontariat en Inde & Emmaüs Toulouse

Publié le : 08/10/2018 16:49:21
Catégories : Solidarité

Voici un extrait d’un courrier de Mr Sendil Coumarane, Directeur du Volontariat en date du 13 septembre 2018 :

« Le très attendu centre de cours du soir à Kilingikuppam a débuté et fonctionne désormais à plein régime dans la chapelle reconvertie, repeinte par le groupe d’Emmaüs de Toulouse, venue à Pondichéry en juillet dernier. Les parents ont très bien réagi, car près de 90 enfants suivent régulièrement ce programme de soutien scolaire. L'espace et les enseignants ne suffisent déjà presque plus à gérer un si grand nombre, aussi les enfants sont divisés en deux groupes : le premier est accueilli tous les jours entre 17h30 et 18h30 et le second entre 18h30 et 19h30. Ils reçoivent un « goûter », préparé par les cuisinières du Volontariat et transporté au centre par notre personnel ».

Ceci est la première manifestation de la convention de jumelage qui va être signée très bientôt entre le Volontariat et la communauté d’Emmaüs Toulouse.

Bien sûr les relations entre nos organisations sont très anciennes et désormais bien connues de tous les acteurs « anciens » d’Emmaüs Toulouse. Quelques dates pour en attester l’ancienneté :

-          En 1962, Madeleine part en Inde pour un an, disait-elle ! Elle est la première volontaire de l’abbé Pierre pour l’Inde et son objectif est de « Servir Premiers les plus souffrants ». A Pondichéry, ce sont à cette époque les enfants de quartiers défavorisés et les lépreux « blanchis », mais restés handicapés, du quartier de Dubraypet au sud de la ville.

-          En 1975, création d’une Communauté Emmaüs itinérante à Toulouse autour de l’abbé Pierre, Madeleine et moi, avec Jules, comme responsable. But : aider le Volontariat dans ses besoins de développement.

-           Cette communauté « itinérante » sera pérennisée en 1977 et s’établira pendant de nombreuses années à Pinsaguel avant d’être transférée à Labarthe en 1995, puis essaimera à Escalquens et Saint-Jory … et bientôt à Sesquières (en remplacement de Saint-Jory).

-          Ma participation continue au sein du Conseil d’administration et du Bureau jusqu’à aujourd’hui.

-           Un soutien, ponctuel, d’Emmaüs Toulouse au Volontariat après les nombreux cataclysmes (tsunami de 2004, cyclones, incendies, etc) survenus à Pondichéry et au sud de l’Inde.

-          L’accueil par Emmaüs Toulouse de nombreux volontaires/compagnons de l’équipe salariée du Volontariat existe depuis 1992.

-          Des échanges devenus bilatéraux depuis plusieurs années a permis à nos deux associations de mieux se connaître.

-           Ce rapprochement a fait émerger une volonté mutuelle de formaliser notre relation en un jumelage.

Aussi, dans cette optique, sitôt l’Assemblée des comités Volontariat au Vésinet terminée le 7 mai, des représentants du comité de Pondichéry, Mr Kanagasabai, Président, Mr Sendil Coumarane et moi-même nous sommes rendus à Toulouse. Nous avons eu des rencontres fructueuses avec la Commission Solidarité et les principaux responsables d’Emmaüs Toulouse. La visite des trois sites d’activités a été enrichissante.

Première décision prise entre nos deux associations, toutes deux issues de l’inspiration et de l’action de notre cher Abbé Pierre: la venue à Pondichéry de 4 personnes d’Emmaüs Toulouse (2 compagnons, 2 salariées) pour 3 semaines.

Pour tous, le séjour s’est passé au mieux, malgré la chaleur, normale pour l’Inde, forte pour nos toulousains, l’adaptation à une autre culture, un autre régime alimentaire, etc. D’abord la visite de toutes les activités du Volontariat, puis une participation à divers programmes. Ils ont aidé à la rénovation du bâtiment de Kilingikuppam, future crèche et soutien scolaire, mis à notre disposition. Le travail des Toulousains a été dur, dans le soleil et la poussière; l’intérêt et la participation de gens du village leur a été très sensible. Les visites des organisations membres d’Emmaüs International (Florance, VCDS, Kudumbam) ont permis de « toucher du doigt » les problématiques des populations déshéritées de l’Inde.

Pour le Volontariat, cette collaboration est très importante : toute l’équipe espère beaucoup du resserrement de nos relations, déjà anciennes, non seulement pour l’aide qui pourra être apportée à nos programmes, mais et, peut-être, surtout, dans les liens humains qui se tissent entre nos associations. Le Volontariat a fait une demande pour devenir membre d’Emmaüs Asie et donc se rapprocher des organisations existantes qui poursuivent les mêmes buts. Une collaboration leur a été proposée lors des temps de vacances scolaires ou pour lutter contre les problèmes très fréquents d’anémie des enfants (avec apport de spiruline produite à la ferme du Volontariat), etc.

Arnaud.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)